L’autre facette du poker qui peut conduire au meurtre

Les policiers bordelais ont eu le plus grand mal à identifier les restes humains retrouvés dans les vignes, après la mort d’un adepte du poker en ligne. Il aurait, selon Le Parisien, été tué à la suite d’une querelle d’argent par un autre joueur, qui aurait tout tenté pour se débarrasser du corps.

Frappé à coups de crosse, puis incinéré, découpé en morceaux, passé au stérilisateur à conserves, avant d’être jeté en partie dans la Garonne, pendant que le reste du corps était dispersé au milieu des vignes : après un tel traitement, les policiers bordelais ont eu le plus grand mal à retrouver, et surtout à identifier, les restes d’un adepte des jeux d’argent en ligne tué le 13 août dernier. Il leur aura même fallu, selon Le Parisien qui révèle l’affaire, le concours d’un anthropologue, afin de s’assurer que les débris d’ossements découverts après avoir passé des dizaines de kilos de terre au tamis provenaient bien du corps d’un être humain. Il ne restait que quelques phalanges et des morceaux de crâne.

Le scénario qui s’est si tragiquement conclu en août dernier, et qui les a conduits à mettre en examen un habitant de Coirac, en Gironde, pour homicide volontaire, a en revanche été plus facile à reconstituer.

Une voiture abandonnée, et la police remonte la piste
Tout provenait, semble-t-il, d’un différend entre les deux hommes au sujet d’une forte somme d’argent. Tous deux s’adonnaient au jeu de poker sur Internet, et la victime aurait, selon Le Parisien, fait un prêt à son futur meurtrier. Mais cette question d’argent aurait dégénéré en conflit ouvert, puis en bagarre, avant de s’achever par la mort de l’un des deux belligérants, frappé à coups de crosse. Restait alors au survivant de la bagarre à faire disparaître les restes de la victime. Pour cela, il a multiplié les tentatives, toutes échouant l’une après l’autre à effacer complètement les traces du cadavre.

En premier lieu, le feu : l’homme a tenté de réduire le corps de sa victime en cendres en le plaçant sur un bûcher, alimenté notamment par un canapé, note Le Parisien, et en le laissant brûler longuement. Echec : selon une source proche de l’affaire citée par le quotidien, l’homme « n’est pas parvenu à ses fins. Il a alors tenté de couper les restes en morceaux avant de les passer dans un stérilisateur à conserves. Il a ensuite répandu les dernières cendres dans les vignes et jeté les parties les plus importantes dans la Garonne ».

Après avoir fait subir un tel sort au corps de sa victime, l’homme aurait pu croire tout de même être à l’abri de toute poursuite. Mais les policiers étaient déjà sur ses traces après avoir découvert, le 30 août, la voiture de la victime, stationnée sur le parking de la gare d’Arcachon. Une découverte à la suite de laquelle ils avaient pu établir qu’un homme, avec qui la victime avait été en contact téléphonique peu avant sa mort, était venu à Arcachon à la même période en voiture, mais reparti en train. Et que ce même homme, sans emploi, alimentait régulièrement son compte en banque à coups de dépôts de 500 euros.

Arrêté le 23 octobre dernier, le suspect a rapidement avoué au cours de sa garde à vue, et c’est sur ses indications que la police a pu recueillir les derniers restes du défunt joueur de poker. Après sa mise en examen, le suspect a été écroué à la maison d’arrêt de Gradignan.

Copyright Ethique et Société 2018
Shale theme by Siteturner